Il est temps de dresser un premier bilan suite à mon opération du bypass en novembre dernier. Je vais tout d’abord faire un point sur le premier mois, même si j’approche des 3 mois post-opératoire, il y a des choses qui sont importantes à mettre en avant en post-opératoire immédiat.

l’opération du bypass

L’intervention s’est très bien passée. J’étais la première à passer au bloc ce matin-là. Je suis remontée dans ma chambre dans l’après-midi mais je n’ai fait que dormir. Le soir même, j’ai pu me lever, faire ma toilette, me changer (histoire de virer l’horrible blouse de bloc) et boire. J’étais tellement contente de pouvoir boire, j’avais une soif terrible. L’eau, prise par petites gorgées est très bien passée. Par contre, la première nuit a été un calvaire. J’ai eu de la température alors j’avais très chaud, je portais des bas de contention, mon pyjama et j’avais des bottes qui se gonflaient et se dégonflaient pour éviter les phlébites. J’avais l’impression d’être en pleine canicule ! Impossible de me coucher dans une autre position que sur le dos avec la perfusion, les bottes, les cicatrices et les douleurs. Et je suis quelqu’un qui dors sur le côté ou sur le ventre. Autant vous dire que je n’ai quasiment pas dormi. A 5h du matin, j’ai jeté l’éponge, j’ai demandé à me lever, je n’en pouvais plus d’être comme ça sur le dos.

Reprise de l’alimentation

Le premier matin après l’intervention, j’ai eu le droit de manger à nouveau. Alors quand je dis manger, c’est relatif, puisque les 12 premiers jours, on mange liquide. Mais il faut bien que l’estomac se remette en marche tranquillement avec sa nouvelle physiologie. Et il fut s’habituer à son “nouvel estomac”. Comme pour la reprise de l’hydratation la veille, tout s’est bien passé. J’ai même pu boire du jus d’orange, chose que je ne buvais plus depuis plusieurs années sous peine de me retrouver avec des douleurs. Ceux qui ont un problème de reflux gastro-œsophagien comprendront de quoi je parle. Je n’ai eu aucune douleurs ! D’ailleurs, depuis cette opération, mon estomac ne m’a plus jamais refait mal. C’est une délivrance absolument inimaginable. Rien que pour ce confort, pour ces douleurs que je ne ressens plus, pour ces problèmes respiratoires que je n’ai plus, je referais cette opération. Je suis véritablement délivrée d’un problème qui devenait vraiment très handicapant.

Le retour à la maison

Je suis sortie de l’hôpital le mercredi qui a suivi l’intervention, le 15 novembre. J’étais vraiment contente de rentrer à la maison même si tout s’est très bien passé à l’hôpital et que toute l’équipe a vraiment été formidable. Je n’avais plus de douleurs, j’allais vraiment mieux, j’arrivais à marcher sans problème mais j’avais besoin de repos. Et à l’hôpital, il n’est pas possible de se reposer.

L’alimentation après le bypass et les erreurs

Comme je vous le disais, pour les repas, j’avais un régime liquide pendant 10 jours après ma sortie. Je me suis nourrit de bonnes soupes enrichies et de compotes liquides que mon Barbu me préparait avec amour. Franchement, il a géré ! Par contre, au bout de 7 jours, j’ai commencé à me sentir mal, j’avais hyper faim ! Le paradoxe, moi qui n’avais quasiment jamais faim avant l’opération. J’étais vraiment affamée et ça commençait à me rendre folle. J’ai appelé la diététicienne de l’hôpital et en décortiquant mes menus, elle m’a fait remarquer je je ne mangeais des soupes “qu’avec” des légumes et du fromage, qu’il me manquait des sucres lents. Après rectification et apport de féculent, en effet, je me suis rendue compte que lorsqu’on mange aussi peu (120 ml par repas à cette étape), le moindre manque se fait très vite ressentir. Mais surtout, ça m’a conforté dans l’idée qu’il faut absolument manger de TOUT !

En dehors de ça, l’alimentation du premier mois post bypass s’est très bien passée. Après les 10 jours liquide, je suis passée au régime purée. Durant cette étape, j’ai aussi pu manger de très bonnes choses savoureuses et avec du goût. Ces étapes sont longues, il est important de se faire plaisir avec les saveurs, il ne faut pas hésiter à utiliser vos aromates et épices préférées. Par contre, ce qui m’a manqué, c’est la texture des aliments. Moi qui suis une fan des choses croustillantes, c’était un petit peu difficile. Mais ça passe.

Reprise du travail

3 semaines après le bypass et avec l’accord du chirurgien, j’ai repris le travail. C’est tôt, généralement, on ne reprend pas avant 4 semaines après la sortie de l’hôpital. Mais je me sentais vraiment très bien. J’avais une pêche incroyable et je m’ennuyais un petit peu à la maison. En fait, c’est tout à fait ça, durant mon premier mois post-opératoire, j’avais une forme hallucinante. Si j’avais eu le droit de courir, je crois que je n’aurais fait que ça. C’est assez fou car on m’avait bien prévenu qu’après l’opération, j’allais être très fatiguée, que c’était normal, physiologique, qu’il fallait que je me repose. Alors oui, en fin de journée, le soir, j’étais crevée, mais en journée, franchement, j’étais branchée sur du 220 volts.

Cependant, durant ma 4ème semaine post bypass, j’ai dû être hospitalisée à cause de grosses douleurs à l’abdomen. Je n’en n’avais pas eu depuis mon retour à la maison. Les douleurs étaient tellement fortes que je faisais des malaises et le chirurgien ne trouvant pas ça normal m’a fait hospitaliser pour passer différents examens. Au final, tout était normal et on ne sait pas vraiment ce que j’ai eu. Mais ma douleur a très bien été prise en charge et j’ai vraiment été bien surveillée pendant 4 jours.

Ce que je retiens de ce premier mois

J’ai vite compris qu’il fallait vraiment suivre à la lettre le conseils alimentaires qui nous étaient donnés. Non pas que j’en doutais. Mais même en pensant bien faire, mieux vaut, après ce type d’opération, se référer à sa diététicienne en cas de doute ou de problème.

Pareil, en cas de douleurs et ça m’avait été dit avant de sortir de l’hôpital, il faut contacter son chirurgien. Il ne faut surtout pas laisser passer quelque chose d’anormal. Mais j’avoue que j’ai été très bien briefé, avant ma sortie, par l’équipe médical. Je suis d’ailleurs rentrée chez moi avec un numéro direct où joindre la diététicienne et le chirurgien. C’est vraiment sécurisant de savoir qu’on ne va pas se retrouver seule lâchée dans la nature. Au niveau du suivi, même si tout va bien, il faut revoir le chirurgien une semaine puis un mois après l’opération. Pareil pour la diététicienne.

Ce n’est pas une solution de facilité, ni une intervention anodine, loin de là. Mais en suivant à chaque étape les conseils que l’on nous donne, on met un maximum de chance de notre côté pour que tout se passe au mieux.

En chiffre ça donne quoi ?

Il faut bien garder à l’esprit que nous sommes tous différents et que la perte de poids est propre à chacun. Je ne peux pas dresser un bilan sans donner quelques chiffres. Mais ils ne doivent pas être pris comme une référence. Chacun va à son rythme et va surtout au rythme de son corps.

En 1 mois après le bypass, j’ai perdu 9 kg, 28 cm de tour de taille, 11 cm de tour de hanches, 4,5 cm de tour de cuisse, 2 cm de tour de cheville et 4 cm de tour de bras.

Si vous avez envie de partager votre expérience du bypass ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires.