Il y a un an, jour pour jour, je me jetais dans le grand bain. Celui de la chirurgie bariatrique, du ByPass plus précisément. Une année entière après ce court-circuit de mon tube digestif, où en suis-je réellement avec ma santé, mon corps, moi-même et cette décision ?

ByPass

Remord ou regret ?

Je ne vais pas y aller par 4 chemins, je ne regrette absolument pas d’avoir fait cette chirurgie de l’obésité. A aucun moment, durant ces 365 derniers jours, je ne me suis dit que j’avais fait une erreur, que je n’aurais pas dû.

J’ai décidé de faire cette opération pour moi, pour ma santé. Je voulais ne plus être essoufflée en permanence, ne plus souffrir de mon estomac, être à nouveau libre de mes mouvements, pouvoir bouger comme j’en avais envie et surtout. Je ne voulais pas développer des pathologies liées à l’obésité vers lesquelles je me dirigeais à grands pas. Les premiers bénéfices, je les ai ressentis dès le lendemain de l’intervention. Lorsque pour la première fois de ma vie, j’ai bu un jus d’orange sans avoir d’atroces douleurs à l’estomac. Ces douleurs étaient liées à une malformation que j’avais de naissance, mais la douleur quotidienne devenait insupportable. Je dois dire que je me suis faite très vite à cette absence de maux. C’est une telle délivrance. Sans reflux, fini les essoufflements en permanence et mon asthme a considérablement baissé. J’ai utilisé mon inhalateur 2 fois en 1 an alors que j’en avais besoin tous les jours auparavant.

ByPass, un long fleuve tranquille ?

Maintenant, il faut aussi être réaliste. Toutes ces choses sont formidables et m’ont considérablement changées la vie. Toutefois, depuis que je suis allée voir mon chirurgien la première fois en septembre 2017, j’ai suivi toutes ses recommandations à la lettre. J’ai perdu le poids qu’elle m’avait demandé de perdre avant l’opération. J’ai modifié totalement mon alimentation. Je ne saute plus de repas et je veille à manger de tout pour minimiser les carences. J’ai fait le régime pré-opératoire de façon draconienne pour bien faire diminuer la taille de mon foie et faciliter le travail de chirurgie. Depuis l’opération, je suis les conseils chirurgicaux et diététiques à la lettre. Je fais tous les examens qu’on me demande. Je vais à tous les rendez-vous post-opératoires nécessaires. J’ai un suivi psy en parallèle. Bref, je ne fais pas les choses à ma sauce ! J’écoute mon corps, parce que c’est indispensable, même lorsqu’on n’a pas subi de chirurgie bariatrique. Mais je ne fais pas n’importe quoi. Je prends les compléments de vitamines qu’on me prescrit et je sais que je devrais en prendre à vie. Tout ceci est loin d’être simple. Ça demande de la discipline. Je suis passée par des moments très difficiles de profonde fatigue, de malaises, de vomissements, etc. Il m’arrive d’en avoir encore, mais très rarement. Au fur et à mesure, tout devient naturel et est devenu ma façon de vivre.

Un marathon, pas un sprint !

Mais il ne faut pas rêver, la chirurgie de l’obésité n’est pas une solution de facilité. Elle nécessite un réel travail de fond et des efforts dans le temps. Il faut vraiment le faire pour SOI ! Car ce sera à vous seul(e) de gérer ce que vous allez devenir ! Vous aurez de l’aide et n’hésitez pas à la demander si vous en avez besoin. Mais le plus gros du travail, ce sera à vous de le faire. Il faudra parfois lutter contre vous-même pour devenir vous-même !

La chirurgie bariatrique pour tous ?

Aujourd’hui, je me sens bien dans MON corps. Car je n’ai aucun mal à savoir que c’est bien mon reflet dans le miroir. Je n’avais pas de problème avec mon image avant mon opération, être grosse n’était pas un obstacle. Ma santé, en revanche, en devenait un. Je ne me trouve pas plus belle aujourd’hui qu’il y a un an. Je suis différente. Je suis toujours moi. Et je suis toujours belle, oui, j’ose le dire ! Parce que je n’ai pas changé ma façon de penser. Je continue à croire fermement que la beauté ne dépend pas d’un chiffre sur une balance et la féminité d’une taille de confection. Je me sentais féminine en 52 et je me sens toujours féminine en 42 ! L’important pour moi reste et restera, la santé ! Alors oui, le ByPass a été pour moi une réussite à ce jour. Est-ce que pour autant, je conseillerai la chirurgie bariatrique à tout le monde ? Non. Parce que ce qui marche pour moi, n’est pas forcément adapté à tous. La seule chose que je peux conseiller, quoi que vous fassiez, faite le pour vous et votre santé.

En chiffres

Par rapport à mon poids maximal : -68,8 kg

Perte depuis le jour de l’opération : -52,5 kg en un an

Tour de taille : -49 cm

tour de hanches : -36,5 cm

Tour de bras gauche : -13,6 cm

Tour de bras droit : -14,5 cm

Tour de cuisse gauche : -23,1 cm

Tour de cuisse droite : -23,5 cm

Tour de cheville gauche : – 5 cm

Tour de cheville droite : -5 cm

IMC de départ : 54,11 ( Obésité morbide de classe III )

IMC aujourd’hui : 27,82 ( Surpoids )

En regardant les chiffres dans mon cahier, l’un me frappe particulièrement, mon tour de taille actuel est équivalent à mon tour de cuisse il y a un an !!! C’est tout simplement fou.