Etant parti en dernière minute, je n’ai pas eu trop le temps
de faire une épilation tip-top avant de partir. J’ai fait ce que j’ai pu avec
mon épilateur mais bof, je ne suis pas fan de cet engin de torture. Comme dans
beaucoup d’hôtel, celui-ci possède un « beauty center ». Ca tombe
bien, j’ai toujours eu envie de tester l’épilation orientale avec leur pâte à
base de miel et de sucre. Je me renseigne auprès de l’esthéticienne, elle me
confirme utiliser ces ingrédients pour ses épilations. Je lui demande le prix
pour le maillot (oui, je suis une aventurière), elle me propose un prix qui une
fois convertit est le double de ce que je paye en France. Du coup je refuse, en
lui expliquant que c’est un petit peu trop cher, elle me propose de faire les
demi-jambes et le visage en plus. Je lui explique que sur les jambes, il n’y a
quasi rien et sur le visage pareil et que donc non, je ne le ferai. Elle le lui
indique et finalement, elle accepte. 23 euros pour le maillot, une retouche sur
mes demi-jambes faites à l’épilateur et le visage, mes sourcils qui ont besoin
d’une retouche, pourquoi pas.

Ce fut une horreur du début à la fin, j’ai cru mourir lors
de l’épilation du maillot, jamais on ne m’a fait aussi mal, je me suis retenue
une bonne dizaine de fois de ne pas lui demander de tout arrêter, tant pis,
quitte à repartir avec un demi maillot épilé. Ca m’a rappelé que j’avais déjà
fait une expérience esthétique trèèèèèès douloureuse au Sénégal il a quelques
années, un massage relaxant bien plus douloureux et donc plus stressant
qu’autre chose. Durant le soin je m’étais souvenu que l’esthéticienne m’avait
proposé un massage amincissant «  plus tonique » que le relaxant que
je voulais et je lui avais expliqué que j’avais vraiment besoin de pouvoir me
détendre… Là aussi ça avait été une torture dont j’ai béni la fin. Décidemment,
la douceur n’est pas le fort des esthéticiennes africaines. Je peux vous dire
que « les Bronzés » est quasiment un film documentaire sur la douceur
des soins lorsqu’on voit Gerard Jugnot se faire masser, certes, on en pas là,
mais pas loin. On m’aurait fait ça en France, j’aurai crié au scandale. Je ne
sais pas combien de temps ça à duré, mais j’ai eu l’impression que c’était
interminable et pourtant, dieu que je suis loin d’être « chochotte ».
La preuve, je contenue à m’épiler avec mon Silk-Epil 2 qui doit avoir 17 ans…
D’ailleurs au passage, si vous me lisez et que vous avez un bon épilateur,
aussi résistant mais qui est plus efficace et moins douloureux, je veux bien
savoir les références. Il serait grand temps que je change ce vieux machin.  

Pour le visage, elle m’a épilé au fil, je n’avais jamais
testé. C’est très rapide, mais c’est un petit peu douloureux aussi, mais je
pense que là encore c’est par manque de douceur de l’esthéticienne. De plus,
elle me les a épilés beaucoup trop fin par rapport à ce que je fais d’habitude
mais c’est plutôt bien fait. Par contre, l’épilation du visage ne se voit
absolument pas sur moi, ça n’a rien changé du tout… Avec ma faible pilosité, ce
n’est vraiment pas indispensable, c’est vraiment souffrir pour rien et je suis
loin d’être maso… Est-ce que je le referai ? Pour le maillot, oui, bien
sûr, mais je prendrai désormais mes dispositions pour le faire avant mon
départ. Hors de question d’abandonner de nouveau une quelconque partie de mon
corps à une esthéticienne aussi peu douce. 
Je ne referai pas non plus l’épilation du visage, complètement inutile
pour moi et pas forcément agréable. Pour les sourcils, je continuerai à m’en
occuper moi-même ou chez une esthéticienne avec qui je peux clairement échanger
dans une langue que nous maitrisons parfaitement toutes les deux. J’avoue qu’en
matière d’esthétique, on ne réalise pas à quel point nos soins sont de qualité
en France et que certes, c’est un coût, mais après cela et avec le souvenir que
j’ai de ce que j’avais fait précédemment au Sénégal, je pense ne plus réitérer
l’expérience. Pourtant j’adorerai me faire un vrai hammam traditionnel, mais si
c’est pour me faire « brutaliser », hors de question !!!