Je sais, la journée Internationale des Femmes c’est demain, le 8 mars. Sauf que demain, on est mercredi et que le mercredi, c’est #tdj…

Mais ce n’est pas grave, cet article sera toujours valable demain, il est juste un petit peu en avance.

L’année dernière j’avais écrit un article principalement axé sur l’intérêt de cette journée pour les droits des femmes à travers le monde. Cette année, j’ai eu envie de faire quelque chose de plus “fun”. Et pour ça, quoi de mieux qu’un TAG trouvé sur le net ? C’est toujours très drôle ces TAG, et si vous ne connaissez pas celui-ci, vous allez rire (jaune, sûrement, comme moi).

Journée Internationale des Femmes

 ” TAG être femme”, c’est parti :

Alors, avant qu’on commence, petite précision, j’ai légèrement mis en ordre les questions histoire qu’elles aient un sens, sans “dénaturer” les pépites que sont ces questions…

Les questions

1- Une femme a-t-elle besoin d’être mère pour se sentir heureuse ?

Non, je ne pense pas. Pour la bonne et simple raison que certaines femmes avouent secrètement qu’elles auraient préféré ne pas être mère. Je pense que c’est comme tout, c’est une question de choix et d’envie.

Etre parent, ça ne s’apprend pas. Il n’y a pas d’école et de diplôme de parent. Etre parent, c’est compliqué et c’est une responsabilité énorme. Etre parent ce n’est pas qu’avoir un bébé qui sera comme une poupée, qu’on pourra laisser dans un coin quand ça nous chante. C’est de nombreuses heures de jour comme de nuit à s’occuper de son ou ses enfants. C’est beaucoup d’inquiétude, de questionnement. C’est éduquer un petit d’homme pour qu’il devienne un adulte responsable à son tour. Et quand on est parent, c’est aussi ce dire que l’on n’élève pas son enfant pour soi. Se dire qu’il deviendra indépendant, prendra ses propres décisions et vivra sa propre vie.

Je pense que pour qu’une femme se sente heureuse, il faut qu’elle fasse ce qu’elle veut.  Qu’elle réussisse à être mère si elle en a envie de façon biologique ou par adoption. Et qu’elle ne le soit pas si elle ne le souhaite pas.

Pour se sentir heureuse une femme doit être en accord avec ses choix.

Et c’est exactement pareil pour les hommes.

2- D’après toi, existe t-il toujours des métiers réservés aux femmes ou aux hommes ?

Non, je ne pense pas non plus. Là encore c’est une question d’envie et de choix. Aujourd’hui et sur le papier, les femmes peuvent exercer n’importe quelle profession. En  réalité ce n’est pas si simple. Dans de nombreux corps de métiers les femmes sont jugées comme incapables avant même d’avoir fait quoi que ce soit juste parce qu’elles sont des femmes. Et de toute façon, aujourd’hui encore, à travail égal, une femme gagne 20 à 30% de moins qu’un homme.

Je sais que dans certaines professions, les hommes ont aussi des difficultés à se faire une place car historiquement, ils pratiquent des métiers de femmes. Je pense bien évidemment aux maïeuticiens qui se présentent toujours comme des sage-femmes…

Mais la parité en règle générale n’est qu’une théorie…Et au 21 eme siècle, c’est un petit peu lamentable !

3- Si tu avais eu le choix aurais-tu aimé être un homme ?

Non. Parce que je ne connais que la vie d’une femme de ma génération. Je ne suis pas persuadée que la position des hommes soit enviable. La société attend beaucoup d’eux. Combien ont entendu et entendent encore des choses du style, « un homme ne pleure pas », « un homme doit être virile », « un homme doit être comme-ci ou comme-ça ».

Dans notre société patriarcale, ce n’est pas plus simple d’être un homme. Je pense que les problématiques sont différentes mais pas meilleures.

4- Penses tu qu’une femme peut être épanouie seule, sans être en couple ?

Si c’est son choix, une fois encore, oui. Pourquoi le bonheur ne dépendrai que d’un schéma auquel il faudrait tous se plier. Faire des études, avoir des diplômes, être en couple, acheter une maison, avoir des enfants, etc. Pour être épanouie, il faut être en accord avec soi-même, ses décision, ses envies, ses choix. On n’a qu’une vie, il faut la vivre comme on l’entend. Il ne faut avoir ni remord, ni regret. Faire ses choix en son âme et conscience.

5- On dit souvent qu’une femme qui prête réellement attention à elle, se vérifie par des mains toujours manucurés. Valides-tu cette règle ?

Cette question est hyper chelou !Mais bon…

Non. Parce que la notion de prêter attention à soi est relative d’une personne à l’autre et dépend de beaucoup de facteurs. On ne peux pas généraliser sur des choses aussi subjectives. C’est un petit peu comme la notion d’être trop ou pas trop maquillée, trop ou pas trop sexy. Si tout le monde, homme ou femme avait déjà les mains et les ongles propres se serait top ! Mais on peut être superbement manucurée sans se laver les mains en sortant des toilettes, après s’être mouchée et avant de cuisiner…

6- Qu’est ce qu’une femme naturelle pour toi ?

Une femme qui ne joue pas un rôle, qui est elle-même ou ne prétend pas être ce qu’elle n’est pas.

7 – As-tu l’impression d’avoir autant de cran qu’un grand bonhomme sans tous les poils et l’entrejambe ?

Dieu merci le cran ne dépend pas du pourcentage de pilosité sur le corps ni aux organes génitaux qui se trouvent à notre entre-jambe, ni une question de taille d’ailleurs. Je pense avoir du cran, du moins, pour les choses qui me tiennent à cœur et pour lesquelles j’ai envie de me battre et de me défendre. Ai-je plus ou moins de cran qu’un homme ? JE pense que ça dépend des hommes, ça dépends des domaines et ça dépends aussi des jours. On a tous des jours où on a plus envie de se battre que d’autres. J’évite de me laisser marcher sur les pieds, voilà.

8- 5 raisons d’être une femme ( mise en scène ou non )

Je mets cette question parce qu’elle est dans le TAG mais elle ne veut rien dire. Soit on est une femme parce qu’on est née femme et pour le coup, on n’a pas vraiment de raison, on n’a pas fait le choix. La question est plutôt pour les hommes qui sont devenus des femmes ou qui souhaitent le devenir.

9 – Que penses tu des hommes au foyer ?

S’ils sont heureux et épanouis ainsi, je suis heureuse pour eux !

Après, je trouve très bien que la position du père au sein de sa famille et son foyer se démocratise. C’est bien que les hommes aient des congés paternités et qu’ils aient la possibilité d’élever leur(s) enfant(s). La encore c’est un choix que chacun doit faire en son âme et conscience. Homme ou Femme au foyer, si c’est un sacrifice, ce sera mal vécu, si c’est un choix, ça sera une satisfaction.

10- Si tu étais un homme pour juste une journée que ferais tu?

L’amour, pour ressentir l’orgasme tel que le vit un Homme. On aura beau avoir une parité totale un jour, je pense que c’est le seul point qui restera un mystère propre à chaque genre.

11- Qu’est ce qui représente le plus la féminité pour toi ? ( mentalement ou physiquement )

Je ne sais pas trop quoi dire. Je parle souvent de féminité sur le blog, mais je parle des “codes” vestimentaires qui me font penser à la féminité. Ce qu’elle représente physiquement ou mentalement, je ne saurai le dire. Je pense que chacun homme comme femme a sa part de féminité et de masculinité…

12 – Taches ménagères ? Que pour les femmes ou aussi pour les hommes ?

Evidemment qu’en matière de tâches ménagère, je suis pour la parité aussi. A priori, c’est un passage obligatoire qui saoule un petit peu tout le monde. Après, au sein d’un couple, d’un foyer, le partage peut très bien se faire selon les préférences de l’un et de l’autre. Si l’un préfère s’occuper de tout ce qui est rangement et l’autre tout ce qui est nettoyage, banco, la solution est toute trouvée. Le partage peut aussi se faire en fonction des trajets, je pense notamment pour ce qui est des courses. Elles peuvent aussi se faire en chœur. Bref, à chacun de choisir les règles au sein de son foyer, mais quand tout le monde met la main à la pâte, forcément, c’est mieux.

13- Que t’ évoques (ou que penses- tu de) cette phrase: Derrière chaque grand homme il y a une femme.

Durant l’Antiquité où Aristote a pondu cette théorie, très probablement. Aujourd’hui, je pense qu’il y a de grands hommes et de grandes femmes. Peu importe où ou auprès de qui ils puisent leur inspiration, leur courage et leurs convictions. C’est leur histoire et c’est aussi ce qui les rend unique. Après, peut-on parler vraiment de grands hommes ou de grandes femmes ? Il y a des personnes qui font de bonnes choses, pas forcément spectaculaires mais qui rende la vie plus belle, plus douce, plus pratique, plus juste, etc. De façon générale, derrière les grandes choses, il y a toujours plusieurs personnes, même si la lumière est mise plus sur l’une en particulier.

 

Et voilà, j’espère que ce cru 2017 de la Journée Internationale de la Femme vous aura plu !